Table of Contents

Parodontie

Plan de traitement en Parodontie

À cette étape, vous devez élaborer un plan de traitement adapté à la condition de votre patient. Ce plan de traitement inclut toutes les procédures requises pour rétablir et maintenir la santé du parodonte et de la dentition.

C’est le moment de décider des dents qui devront être extraites, du besoin de corriger l’état muco-gingival, du traitement de l’occlusion et du type de restaurations requises. Si des prothèses sont planifiées, déterminez-en le type : amovible, fixe ou implant. Déterminez également les dents qui serviront de pilier et s’il est indiqué de jumeler certaines dents. Le plan de traitement est un pré-requis essentiel à toute procédure qui sera effectuée. À l’exception des traitements d’urgence, aucun traitement ne sera initié avant que le plan de traitement ne soit complété et approuvé.

Le plan de traitement parodontal est indissociable du plan de traitement de restauration. Ils doivent suivre une séquence logique et continue qui doit conduire à une dentition fonctionnelle dans un parodonte en santé et les garder dans cette condition.

Dans Salud, allez dans l’onglet « Plan de traitement ». Vous pourrez ajouter tous les traitements nécessaires et les faire autoriser par le clinicien. Vous pouvez rechercher un traitement en cliquant sur la flèche dans la colonne « Code Trait. » de la même façon que pour les diagnostics.

Le plan de traitement concernant les tissus mous vise à éliminer l’inflammation, les poches parodontales et les conditions qui les ont causées. Vous devez établir un contour gingival physiologique, restaurer les caries et corriger les contacts défectueux et les restaurations défectueuses (surplus de matériel obturateur, couronne défectueuse).

Du côté de la dentition, vous allez établir une relation occlusale harmonieuse et fonctionnelle qui préservera la santé parodontale.Une telle occlusion peut être obtenue par l’ajustement de l’occlusion, un traitement de restauration, un traitement prosthodontique ou orthodontique, un jumelage et le traitement du bruxisme et du clenching.

La phase de maintenance consiste à maintenir la santé parodontale qui a été rétablie durant la phase active des traitements. Vous devez suivre le patient selon une fréquence spécifique à son besoin. Le contenu d’une visite de rappel consiste à réviser l’histoire médicale, les instructions d’hygiène buccale, à faire du détartrage supra- et sous-gingival, du déplaquage supra- et sous-gingival, du surfaçage radiculaire et à vérifier l’état des restaurations, des prothèses, d’un jumelage, de l’occlusion et du suivi radiographique.

Contenu et séquence d'un plan de traitement

Un plan de traitement est séparé en trois grandes phases : la phase de santé parodontale (aussi appelée thérapie initiale, hygiénique, ou préliminaire), la phase chirurgicale et la phase de maintenance.

  1. Phase de santé parodontale :
    1. Traitement des urgences (ex. : abcès dentaire ou parodontal)
    2. Extraction des dents à pronostic sans espoir et leur remplacement provisoire
    3. Instructions d’hygiène pour le contrôle de la plaque dentaire
    4. Contrôle de la diète
    5. Élimination du tartre supra et sousHgingival et surfaçage radiculaire
    6. Élimination des facteurs favorisant l’accumulation de la plaque et des irritants (ex : surplus de matériel de restauration, dentisterie iatrogénique, prothèse défectueuse)
    7. Remplacement par des restaurations provisoires ou permanentes selon le pronostic de la dent
    8. Traitement de l'occlusion
      1. Ajustement mineur de l'occlusion
      2. Orthodontie mineure
      3. Jumelage!et appareil pour réduire le trauma
    9. Considérations microbiologiques (agents antimicrobiens)
    10. Réévaluation de la phase de santé parodontale (généralement quatre à huit semaines après la fin de la thérapie) :
      1. Évaluation du parodonte aux traitements rendus durant la phase initiale
      2. Hygiène buccodentaire
      3. Inflammation
      4. Profondeur des poches parodontales et niveau de l’attache
      5. État muco-gingival
      6. Mobilité dentaire
      7. Occlusion
  2. Phase chirurgicale et réparatrice :
    1. Traitement de canal
    2. Ajustement final de l’occlusion
    3. Jumelage permanent
    4. Stabilisateur buccal
    5. Chirurgie parodontale :
      1. Greffe gingivale
      2. Procédures de régénération et reconstruction :
        1. Problèmes muco-gingivaux
        2. Régénération tissulaire guidée
        3. Régénération osseuse guidée
      3. Problème esthétique
      4. Augmentation de la crête
      5. Remplacement des dents absentes :
        1. Implants ostéointégrés
      6. Procédure pré-prothétique :
        1. Chirurgie exploratrice
        2. Élongation coronaire
      7. Procédures correctrices :
        1. Tissus mous : gingivectomie-plastie, procédures muco-gingivales
        2. Tissus osseux : procédure de réduction par ostéoplastie, ostéoectomie
        3. Tissus dentaires : résection radiculaire, hémisection, odontoplastie
      8. Phase restauratrice :
        1. Restaurations finales
        2. Prothèses fixes/amovibles
        3. Prothèse implanto-portée
  3. Phase de maintenance :
    1. Examen dentaire de rappel
    2. Mise à jour de la condition médicale du patient
    3. Réévaluation parodontale; profondeur des poches, inflammation
    4. Réévaluation des restaurations et des prothèses
    5. Présence de caries
    6. Hygiène buccodentaire : présence et localisation de la plaque et du tartre
    7. Rappel des instructions d’hygiène
    8. Occlusion
    9. Mobilité dentaire
    10. Traitements :
      1. Déplaquage et débridement parodontal
      2. Détartrage supraH et sous-gingival
      3. Surfaçage radiculaire

Premièrement, vous devez informer votre patient de sa condition parodontale et du diagnostic (ex : gingivite, parodontite et du degré de sévérité selon le cas).

Informez votre patient en quoi consiste la maladie, les manifestations cliniques (présence d’inflammation, formation de poches parodontales, perte d’attache gingivale et osseuse, formation de tartre sous-gingival, mobilité etc.). Une aide visuelle (telle que des photos et schémas) peut être très utile. Vous devez discuter avec votre patient des facteurs étiologiques de la maladie parodontale, ainsi que des facteurs secondaires et aggravants qui pourraient s’appliquer au patient. Le facteur étiologique primaire des maladies parodontales est la plaque bactérienne. Parmi les facteurs secondaires, on compte le tartre, le tabagisme, la dentisterie iatrogénique, ainsi que certaines conditions systémiques particulières comme par exemple le diabète, l’immunodéficience, certains désordres immunitaires, le rôle de certains médicaments, certains facteurs psychosociaux, etc. Vous pouvez discuter également avec votre patient des récentes découvertes dans les relations entre les maladies parodontales et certaines conditions systémiques telles que le diabète, les maladies cardiaques et pulmonaires, ainsi que les risques pour le fœtus de la femme enceinte.

Vous allez expliquer de façon générale comment on traite les maladies parodontales et à quel point la coopération du patient est primordiale pour le succès des traitements. La participation du patient est importante, tant du point de vue participation, en se présentant à ses rendez-vous de traitement, que pour le contrôle des facteurs contrôlables tels que l’hygiène buccodentaire, le tabagisme, etc.

Il est important de mettre l’emphase sur les points positifs : l’avantage des traitements pour rétablir la santé parodontale, la mastication, permettre de prolonger la dentition et les effets potentiels sur la santé en général.

Présentez au patient un plan de traitement spécifique et détaillé pour sa condition particulière et expliquez-lui la fonction de chaque étape du traitement, ainsi que les résultats anticipés. Pour ce faire, générez un estimé du plan de traitement (pour ce faire vous pouvez vous référer aux documents qui vous ont été fournis pour le fonctionnement global de Salud : générez l’estimé, faites le signer et donnez une copie au patient comme vous le feriez dans les autres cliniques). Planifiez toujours le plan de traitement en tenant compte du pire des scénarios possibles. Par exemple, si vous anticipez que des chirurgies parodontales seront nécessaires pour réduire la profondeur des poches ou régénérer un défaut osseux, veuillez l’inclure dans votre plan de traitement initial. Votre patient appréciera davantage un plan de traitement écourté, plutôt qu’un plan de traitement que vous devez allonger lors de la réévaluation. En effet, si vous avez planifié une chirurgie parodontale de réduction des poches, et que lors de la réévaluation, la réponse du parodonte est telle que vous ne jugez plus nécessaire d’effectuer cette procédure, le patient pensera qu’il a tellement bien répondu à la phase initiale qu’il n’a plus besoin d’être opéré. Par contre, si vous avez surestimé le potentiel de guérison et n’avez pas inclut de chirurgie parodontale, il deviendra plus délicat de la justifier par la suite et elle pourrait être interprétée comme si la condition du patient s’est détériorée ou comme une mauvaise planification de la part du dentiste.

Normalement, vous devriez présenter le plan de traitement comme un tout et non pas un ensemble de traitements parmi lesquels le patient peut choisir. Par exemple, l’ajustement de l’occlusion est aussi important que le surfaçage radiculaire pour maintenir la santé parodontale. Si des extractions sont prévues au plan de traitement, évitez les phrases telles que « Les dents suivantes devront être extraites : (…) ». Ceci créera une impression négative et le patient pourrait interpréter que sa situation est sans espoir.

Expliquez l’importance de la phase de maintenance qui suivra l’exécution des traitements et qui permettra de conserver les acquis obtenus lors de la phase active des traitements. Les visites de rappel permettent au dentiste de faire le suivi sur la condition parodontale de son patient, de détecter toute condition qui pourrait se développer et de la corriger dans un délai raisonnable.

Le plan de traitement doit également être accompagné d’un pronostic général de la dentition. Le pronostic est établi avant les traitements et est basé sur la condition actuelle du patient. Dans certains cas, une dent ou un groupe de dents présentent une atteinte plus sévère que l’ensemble de la dentition. Alors, un pronostic spécifique s’appliquera à cette dent et celui-ci sera différent de celui que vous avez attribué à la dentition. Le pronostic peut également être réévalué à la hausse ou à la baisse lors de la réévaluation, selon que le parodonte a favorablement ou défavorablement répondu aux traitements. Lorsque la présentation du plan de traitement est terminée et que le patient a eu la chance de poser toutes ses questions, vous l’invitez à le signer.